dimanche 2 avril 2017

Chu Shong Tin



Merci à Véronique pour cet article.

Maître Chu Shong Tin est né en 1933 à dans la province de Guangdong  en Chine. En novembre 1949 il quitta la Chine pour Hong Kong. En septembre 1950 il commença à travailler comme secrétaire pour l’Union des Employés de la Restauration au 159 Tai nan Street, au coin de Wong Chuk Street à Kowloon, un quartier de Hong Kong. C’est à ce moment-là qu’il rencontra pour la première fois Grand Maître Yip Man qui enseignait le wing chun à cet endroit depuis 4 mois à peine. Le fait qu’ils soient arrivés à Hong Kong tous seuls tous les deux les fit se sentir proches. Après plusieurs mois à se contenter d’observer, et après que Sihing Leung Sheung et Lok Yiu l’y eussent incité vivement, il finit par demander à Yip s’il l’accepterait comme élève et le 1er janvier 1951 marqua le début de sa vie de wing chun.

Du fait de son observation assidue il put, dès sa première leçon, montrer la siu nim tao en entier à Maître Yip. Non seulement il travaillait très dur son propre programme, mais il observait attentivement ce que Maître Yip enseignait aux autres élèves. Après environ un an Yip commença à lui demander de travailler les pivots, et de les travailler plusieurs heures par jour. Ce ne fut qu’environ 6 mois plus tard que Yip l’autorisa à commencer à apprendre la chum kiu. Et ce fut comme pour la siu nim tao : il connaissait la forme dans son entièreté sans que Yip ait à la lui montrer.

Au bout d’une année à peine il entama l’apprentissage du mannequin de bois. Chaque année il apprenait environ 20 à 30 mouvements jusqu’à ce qu’il possède la forme en entier. Deux ans après qu’il ait accédé à la chum kiu il entama la piu zhi. Vers 1955 il commença le travail au bâton long, et en assimilant un mouvement par an il lui fallut environ 7 ans pour assimiler toute la forme du bâton long.

Ce n’est que bien des années plus tard qu’il commença avec les doubles couteaux. Durant cette période il avait commencé à enseigner à temps partiel. Pendant les années 1957/58 il utilisait son temps libre à enseigner le wing chun. Cette période peut être divisée en trois parties. Durant la première il enseignait à domicile chez les étudiants. Ensuite il le fit au Hung Lau Hotel, 433 Shangai Street, au coin de Dundas Street à Kowloon. Le propriétaire des lieux l’autorisa à enseigner sur le toit de son hôtel. Et enfin, quand il changea d’emploi pour travailler pour l’Association des Employés du Textile, il trouva un local à cet endroit pour enseigner. C’est durant cette dernière période qu’il commença la section des doubles couteaux, vers 1963.


Durant l’été 1964 ce fut la première fois qu’il installa sa propre école au Four Five Six Building sur Nathan Road, afin d’enseigner officiellement. C’est à ce moment-là qu’il entama la deuxième partie de la forme des doubles couteaux.
En 1965 il déménagea son école au 3ème étage, 11 Cheung Sha Wan Road, toujours à Kowloon, et la même année il finit la forme des doubles couteaux.
En 1967 il déménagea encore son école à un bloc de là, au 4ème étage du 3 Cheung Sha Wan Road où il resta.

Quand il avait commencé à apprendre le wing chun, sur les conseils de Leung Sheung et de Yip Man, afin d’avoir plus de temps pour s’entraîner, il déménagea à l’Union des Employés de la Restauration au plus proche de Yip. Ils vécurent ensemble pendant environ 5 ans déménageant ensemble à  diverses occasions.

Chu, dans son for intérieur, considérait Yip comme un aîné cultivé. Yip ne parlait jamais de kung fu avec des gens qu’il ne connaissait pas. En fait Yip avait l’air tellement gentil qu’il avait plutôt l’air d’un érudit que d’un artiste martial. Il ne mettait jamais la pression sur les autres, ne cherchait pas à les dominer, comme beaucoup de pratiquants d’arts martiaux pourraient le faire. Avant que Chu ne devienne le disciple de Yip il ne s’était jamais particulièrement intéressé aux arts martiaux. Toutefois après qu’il eut rencontré Yip, du fait de la personnalité de ce dernier, de sa façon d’enseigner et de la profondeur des théories du wing chun, il devint un inconditionnel de cet art martial.

Avant le wing chun, quand il n’avait que 10 ans, son père l’incita à pratiquer le tai chi car il était chétif et faible. A ce moment-là il n’avait pas de notion de ce que pouvait être le tai chi. Il se contentait de faire ce que disait son sifu, et de copier les mouvements. Il fallait toujours que son père insiste pour qu’il aille aux entraînements. Et ce fut ainsi jusqu’à son déménagement en 1949, à ce moment-là, afin qu’il ne perde pas son tai chi, un ami de sa sœur aînée proposa de continuer à le lui enseigner. Ce n’est qu’alors qu’il écouta enfin les théories du tai chi. Peu de temps après il prit l’emploi à l’Union des Employés de la Restauration et il écouta les théories du wing chun durant le jour, tout en pratiquant le tai chi le soir et la nuit. Après plusieurs mois de réflexion il décida que le wing chun lui conviendrait mieux que le tai chi, bien que les théories des deux soient finalement assez similaires. Mais il pensait que la façon d’utiliser la puissance est totalement opposée dans les deux arts martiaux. A cette période il mesurait 1m71 environ pour 56 kilos, un peu trop mince. Mais, avec les techniques du wing chun il pouvait développer une force destructive sans utiliser quelque force musculaire que ce soit, et c’est ce qui lui fit étudier et explorer cet art martial.

Comme il n’avait pas une très bonne santé il se focalisa sur les concepts de base de la discipline. Il enseigna à des élèves triés sur le volet du monde entier, communiquant avec les anglophones via les gestes, le « langage des signes », le langage du corps, ou bien il était assisté d’élèves chinois qui, contrairement à lui, parlaient anglais. Bien qu’il se considéra comme retraité il continua à accepter des élèves dans le but de transmettre sa compréhension de nim lik (la force de l’esprit) afin que cela survive.

Il a écrit un livre « Book of Wing Chun » et produit des DVD présentant des méthodes.
Il est connu comme étant le Roi de la siu nim tao, en effet il considérait qu’il faudrait prendre beaucoup plus de temps pour pratiquer la siu nim tao que la chum kiu et la piu zhi.
Il décéda le  28 juillet 2014

Sources : Chu Shong Tin’s Biography et Wikipédia


Note de Orphée : il est intéressant de voir comme cet homme a su prendre son temps dans son apprentissage. Cela fait réfléchir sur notre propre façon d’apprendre. Vouloir “connaître” dans son intégralité une forme en quelques cours à peine est à mes yeux un non-sens total.

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    un grand merci pour cet article très intéressant et assez complet sur ce grand maître qu'à été Chu Shong Tin.
    Pratiquant de ce formidable art martial, je m'intéresse beaucoup à ce Sifu et grâce à vous j'en ai appris un peu plus sur sa vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je suis ravi d'avoir pu partager un peu avec vous :) ! C'est un personnage très intéressant et j'ai beaucoup aimé sa façon de voir l'apprentissage, en prenant son temps.

      Vous pratiquez depuis longtemps ? Dans quel club ?

      Bonne journée à vous !

      Supprimer
  2. Je vous rejoins sur l'apprentissage de Chu Shong Tin et je pense également que son enseignement du Wing Chun est des plus intéressant.

    Je pratique depuis 2013 à Paris dans le club "Wing Chun Paris" (https://www.wingchunparis.com/) lignée Lok Yiu.

    RépondreSupprimer